Après une baisse historique en 2020, les émissions de CO2 liées à l’énergie en hausse de 2 % en décembre

Les émissions de CO2 liées à l’énergie ont enregistré une baisse historique en 2020 à la faveur de la crise sanitaire. Mais le mouvement de rebond a déjà commencé, à en croire un rapport de l’Agence internationale de l’énergie publié le 2 mars.

Faut-il déjà enterrer l’espoir d’une relance verte ? En paralysant l’activité économique, la crise sanitaire a provoqué une diminution historique des émissions de dioxyde de carbone (CO2) en 2020. Les associations et les scientifiques ont multiplié les prises de parole pour lutter contre le rebond des gaz à effet de serre dans “le monde d’après”. Un risque qui semble se vérifier, selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié mardi 2 mars.

La demande d’énergie a baissé de presque 4 % en 2020, selon les dernières données disponibles citées par l’AIE. Dans le même temps, les émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie se sont repliées de 5,8 %. C’est la plus forte baisse enregistrée depuis la Seconde Guerre mondiale. En valeur absolue, l’AIE compte 2 milliards de tonnes de CO2 en moins. Du jamais vu dans l’histoire de l’humanité. “Cela équivaut à retirer toutes les émissions de l’Union européenne du total mondial”, illustre l’AIE.

Image

Certains pays ont déjà dépassé leur niveau d’émissions de 2019, malgré la crise

Des pays comme la Chine ont déjà retrouvé leur taux d’émissions de 2019. On le voit sur ce graphique où la courbe en pointillés représentant l’année 2020 dépasse, dans le cas de la Chine mais aussi de l’Inde la courbe continue.  

De la même manière, plusieurs secteurs comme l’industrie, fortement impacté par la crise ont retrouvé voire dépassé leur niveau d’émissions de 2019.